Prix Ambition croissance Catherine Karam

Catherine, présentez-nous, Rouge cobalt, votre société d’où vient ce nom ?

Rouge pour moi est synonyme d’action, c’est un outil de visibilité et Cobalt – en industrie chimique - le cobalt permet de transformer d’un état à un autre.

C’est exactement mon métier. J’ai une formation de designer et de marketing. Je travaille différentes matières : des plastiques moulés par la chaleur (thermo plastiques), des injections de métal, de résine, de couleurs, de laque pour concevoir, créer et finaliser des formes.
Rouge Cobalt est une agence de design créée en 2008. Sa première activité a consisté à designer du mobilier sur mesure pour des magasins et faire du merchandising. Pour élargir sa gamme, en 2013 l’agence désigne un espace pour enfants. C’est l’occasion de la création d’une ligne sur catalogue. 20 pages de produits modulaires, (tête, ventre, d’une chenille) pour équiper les enseignes d’espace détente pour enfants de 3 à 12 ans et leurs parents. L’objectif : que les parents s’asseyent quelques instant pendant que les enfants font une pose ludique avec des jeux interactifs, connectés et/ou traditionnels dans le corps d’une chenille géante ((de 4 à 40 mètres !) qui se promène dans l’espace de l’enseigne. En 2015 Rouge Cobalt est une agence clairement reconnue qui réunit une équipe de cinq personnes, designer, ingénieurs et architecte.

Pourquoi avoir candidaté au prix Ambition’elles ?
Je n’avais jamais fait de concours. Et j’ai remarqué que les femmes qui concourent, acquièrent une réelle visibilité dans l’association et au-delà. Ainsi participer est un moyen de découvrir les autres candidates, et membres d’Action’elles, que je n’aurai pas connu autrement et qui ont des super projets ou activités !

Mon objectif a donc été d’augmenter la visibilité de l’agence. Et, comme cela fait longtemps que je suis à Action’elles, cela avait tout son sens.

Quelles conséquences d’avoir gagné ?
C’est d’abord une belle surprise, une belle reconnaissance, on se rassure soi-même : mon travail peut plaire. Cela a du sens et cela donne confiance. On doute toujours de soi. Cette gratification, le prix, nous rend plus fort dans notre travail et conforte notre action, nos projets.

Je n’ai pas encore beaucoup parlé de mon prix. Il faut que je trouve comment le dire, déjà sur mon site. J’avoue je n’ai pas encore beaucoup réfléchi, mais c’est évident qu’il faut que je communique.

Rouge Cobalt demain ?
Je vais continuer à concevoir et vendre des espaces pour enfants. Etre membre d’Action’elles avait depuis longtemps du sens. Ce prix m’encourage à avoir un engagement supplémentaire dans l’association.

Je conseille vraiment aux Action’elles de candidater, de remplir le dossier. C’est stimulant de présenter son offre, de se mette en avant. Savoir-faire l’exercice vaut la peine. Prendre le temps de s’arrêter, de réfléchir sur soi et son projet.

L’obtention d’un prix permet de se créer un réseau, nouveau. Par exemple, je me suis retrouvé sur Radio Orient pour parler de la citoyenneté dans le monde. Parler « femme, emploi et citoyenneté » j’ai également été invitée à un colloque au Sénat, c’était incroyable. Avoir un prix, c’est le début de nouvelles aventures. Demain… il faudrait que je parle un peu plus à mes clients de ce prix, aussi !


Propos recueillis par Nathalie Froissart, conception rédaction, janvier 2015

Deliza rend la cuisine cryogénique confortable, y compris aux grands chefs du monde entier !

Deliza est une Sarl qui conçoit, fabrique, vend et loue aux professionnels de la restauration du matériel de cuisine qui leur permet d’utiliser aisément l’azote liquide.
Si ce type de machine existe dans l’industrie agroalimentaire, Deliza est la première entreprise à créer des fontaines à azote à usage culinaire. L’azote liquide est un gaz (-196° Celsius) inerte et sain qui s’évapore au contact des aliments en les refroidissant. Il permet la surgélation instantanée. Cette technique n’a pas forcément à voir avec la cuisine moléculaire.

« Mes fontaines permettent de réaliser des glaces sans paillette et sans ajout de sucre. Les aliments conservent toutes leurs qualités nutritives, c’est une cuisine très saine. Ces caractéristiques, que j’ai découvertes en me plongeant dans ce domaine, correspondaient bien à mon fonctionnement d’adepte du « bien manger », sain, bio, diététique » explique Elisabeth Rubin la fondatrice de Delizia.

Avec un diplôme de Design industriel de l’Ecole national supérieur des arts décoratifs elle débute sa carrière dans une agence de design industriel à Lyon sur des projets allant du matériel de ski (bâton, chaussures ski) aux travaux public (marteau piqueur, compresseur de chantier…). Sa découverte de l’azote, produit très innovant, date de 2006. Elle rencontre beaucoup de gens, recherche, lit… « C’est très important de pas rester seule, d’être curieux et toujours aller chercher l’information juste et la comprendre. Elisabeth devient pionnière dans ce domaine et crée sa première fontaine (10 litres) en 2009. Puis la seconde (30 litres) « un matériel en inox, très pro qui rassure les clients ».

Deliza est sur une niche, la fontaine se vend en Thaïlande, à Djakarta, à Doubaï aux Emirats arabes unis, à Moscou en Angleterre… En France les grands chefs et les traiteurs de renom l’utilisent de plus en plus souvent, en location, preuve de la grande satisfaction des clients.

Pourquoi avoir candidaté au prix « osez » d’ Action’elles ?
J’ai déjà participé à un concours en 2009 quand je lançais Deliza. Il s’agissait du Grand prix innovation de la ville de Paris. Je suis arrivée dans les finalistes. C’était une expérience qui m’a beaucoup apporté. Je suis membre d’Action’elles depuis juin 2013 et je me suis dit, quand j’ai découvert ces prix, que c’était une bonne façon de participer à la vie de l’association.
Le Prix Osez, spécial Forum « Femmes osez tout entreprendre » est une belle idée. C’est vrai que mon domaine professionnel est particulièrement original.

Quel effet cela fait d’être lauréate ?
« Je suis contente d’avoir gagné, bien sûr. Cela m’a surtout permis de multiplier les rencontres au sein de l’association, de créer des liens avec d’autres membres, d’autres candidates, d’enrichir mon réseau. La preuve, nous voilà en train de réaliser cette interview » dit Elisabeth en souriant.

Et demain, des projets pour Deliza ?
« Cette semaine j’ai 3 interviews ! Je vais les mettre sur mon site, cela va le rendre dynamique. Mais comme on me trouve même si je suis sur la dixième page du moteur de recherche… »

Pour 2015 Deliza lance un concept clef en main de vente ambulante de glaces réalisée avec une fontaine à azote… Un véhicule frigorifique, électrique bien sûr, qui utilise l’azote liquide pour ainsi conserver des fruits, du jus de fruit et des glaces. Celles-ci seront réalisées devant le client, servies avec des petits pots ou des cornets. La glace ainsi conservée a plus de gout, elle est onctueuse, comprends moins de sucre, avec des produits bio, naturels et en silence ! L’objectif est le lancement de la franchise cet été.


Propos recueillis par Nathalie Froissart, conception rédaction, mars 2015